Il est scientifiquement reconnu que pour prendre des décisions éclairées rapidement ayant un impact positif plus grand, il faut savoir effectuer une pause mentale et parvenir à mettre notre cerveau au repos afin de refaire le plein. Heureusement, les vacances estivales sont à nos portes!

Encore trop de Nord-Américains poussent le bouchon en demandant à leur tête d’être au rendez-vous 365 jours par année sans toutefois lui donner des moments de répit ou de vacances pour recharger la batterie.

Voici quelques statistiques de 2017 qui s’améliorent, mais qui sont encore loin du Klondike!

  • 54% des travailleurs américains moyens ont pris leurs journées de vacances payées dans les 12 derniers mois en 2017 vs 42% en 2013.
  • 56% des travailleurs américains n’ont pas pris de vacances de l’année, ce qui équivaut à 135 millions de personnes. En 2017, cette proportion serait maintenant plus près de 40%.[1]

C’est une amélioration certes, mais il s’agit toujours de l’un des pays industrialisés où les vacances ne sont pas encore suffisamment intégrées à la culture. Ce n’est donc pas étonnant que l’on surnomme les États-Unis «No-Vacation nation».

  • Au Canada, ce n’est guère mieux. Environ 30% disent ne pas prendre leurs vacances payées dans l’année (2 semaines) et un autre 28% disent ne pas les prendre entièrement.[2]

Ma réalité en tant qu’entrepreneure fait en sorte qu’il y a des périodes de travail très intenses alors que plusieurs opportunités intéressantes se bousculent simultanément, ce qui requiert souvent des sacrifices. Ainsi, je dois consacrer certaines soirées et fin de semaines à travailler pour arriver à respecter certains délais serrés. Peut-être vous reconnaissez-vous dans ce portrait?

Pour soutenir ce rythme, vous conviendrez qu’il est essentiel de se réserver des moments d’arrêts.

La nécessité de couper le courant

Après un début d’année fort mouvementé rempli de nombreux projets stimulants, mais très exigeants, je fais le constat évident que mon niveau de créativité est au point mort. J’oublie plus souvent et prend près de deux fois plus de temps pour faire mon boulot que lorsque je suis reposée. La période des vacances étant à nos portes, elle est nécessaire et plus que bienvenue.

Je suis de ceux qui croient mordicus à la nécessité de décrocher pour mettre notre fidèle allié, le cerveau, au neutre et le faire travailler différemment. Le but étant d’arriver à faire cela de façon régulière et plus continue durant l’année. Une constance que je tente de maintenir, mais avec encore beaucoup de rechutes. J’y travaille, ça viendra.

Un article publié sur le site du magazine Scientific American «Why you brain needs more downtime» révèle, suite à une recherche sur les  siestes, méditations, marches en nature et habitudes d’artistes et d’athlètes exceptionnels, que le repos mental augmente la productivité, renouvèle l’attention, solidifie la mémoire et encourage la créativité. En fait, le cerveau est loin d’être inactif quand il est au repos. Au contraire, il en profite pour «consolider les données récemment accumulées, mémoriser les informations essentielles ainsi que répéter et graver les compétences récemment acquises».

Sachant que le cerveau humain gruge constamment 20% de toute l’énergie que produit le corps, il est essentiel de créer des moments d’espace, de temps calme et d’actions qui ressourcent, loin de l’avalanche d’informations auxquelles il est constamment exposé. [3]

Ces temps d’arrêt seraient une opportunité pour le cerveau de donner du sens à ce qu’il a appris et de mettre de l’avant des situations non résolues de tensions vécues dans notre vie.

Pour refaire son plein d’énergie et revenir au travail avec le maximum de potentiel, voici 4 suggestions à appliquer pendant vos vacances selon plusieurs spécialistes.

REPOS
  • Maximiser les heures de sommeil. Soit idéalement entre 7 et 8 heures par nuit
  • Se permettre des siestes occasionnelles durant la journée. De petites périodes de 10 à 30 minutes si vous prévoyez retourner à vos activités et être à votre plein potentiel rapidement comme par exemple durant une journée de travail. Si vous bénéficiez de plus de temps ou êtes en vacances et que rien n’est au programme par la suite, ne vous restreignez pas, votre corps en a sûrement besoin.

J’aime bien les options suivantes:

Un repos dans un parc à l’ombre d’un arbre, un hamac pour changer de décor et se faire bercer par le vent, un quai, un canot ou une planche de SUP sur un lac calme pour profiter des mouvements de l’eau. N’oubliez pas la crème solaire pour ne pas ressemblez à un homard!

RELAXATION
  • Prévoyez des journées durant lesquelles vous ne ferez rien. En bref, laissez-vous du temps pour pouvoir apprécier le temps qui passe… sans obligations.
  • Faites de l’exercice physique qui vous vous rend heureux. Ici, ce n’est pas que de la performance. On peut adopter un autre rythme pour apprécier ce qui nous entoure, le faire en bonne compagnie, etc.
DÉVELOPPEMENT D’UN PASSE-TEMPS
  • Engagez-vous dans des expériences qui impliquent l’apprentissage ou l’élargissement d’autres horizons. J’en ai testé plusieurs avec les années, mais ceux qui m’ont été le plus salutaires sont les suivants: le dessin, la photo, la lecture de romans policiers, la dégustation de mets de divers pays, etc. Le plus efficace reste encore pour moi une semaine entière dans la forêt sans technologies!
DÉTACHEMENT
  • Prévoyez passer plus de temps à l’extérieur dans un environnement vert, loin des bruits et facteurs stressants de la ville. Près d’un cours d’eau, d’un sentier en forêt, faites une balade en vélo, un picnic entre amis dans un coin à découvrir hors de la ville. Les options sont nombreuses. Le but premier étant de récupérer et se restaurer. On appelle cela aussi l’éco-psychologie. Selon  Marc Berman (psychologue de l’Université de la Caroline du Sud), pionnier dans ce champ d’études, autant l’agitation d’une ville réduit et nuit à notre capacité d’attention, autant l’environnement naturel la restaure.
  • Ne restez pas connecté au travail via vos courriels, soit disant parce que cela fera gagner du temps au retour. Il faut couper le lien avec les tracas du travail. Si pour vous, il est essentiel de partir à l’étranger, voici quelques destinations atypiques pour reconnecter avec la nature et briser la routine du quotidien :
Tasmanie, Bolivie

Pologne/Estonie /Slovénie/Georgie

Madagascar

Ile canarie

Île de la réunion

Tanzanie

Îles Féréo – Danemark

Malawi

Laponie Suédoise

Mongolie

Nanibie[1]  [2]

Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, je compte bien mettre ces suggestions en application.

Sur ces mots et belles images tentantes, je vous souhaite un magnifique été pour remettre le compteur à zéro. Décrochez pour revenir l’esprit reposé et entamer la deuxième moitié de l’année plein de créativité.

Si vous êtes dans Charlevoix, on se croisera peut-être sur un sentier de randonnée! Prochain rendez-vous en août!

Magali Pelletier est entrepreneur, stratège et formatrice. Elle Cumule plus de 15 ans d’expérience professionnelle en entreprises manufacturières et de services comme spécialiste en gestion marketing et stratégie de développement de produits. Consultante depuis 2013, elle offre des services de consultation, des formations sur les grands thèmes actuels en gestion et développement de l’innovation et effectue des études d’opportunités pour explorer de nouvelles idées ou marchés. www.strategiemp.com

Notes de bas de page

[1] Survey of over 2,200 workers by careers website Glassdoor found in 2017 et une etude indépendante de U.S. Travel Association’s Project Time Off

[2] http://www.rcinet.ca/en/2018/05/29/employees-skip-holidays-canada/

[3] https://www.scientificamerican.com/article/mental-downtime/

[4] https://www.forbes.com/sites/niallmccarthy/2017/06/26/american-workers-have-a-miserable-vacation-allowance-infographic/#5d3e04e0126d

[5] https://www.espaces.ca/articles/destinations/2653-nos-destinations-plein-air-de-reve-en-2018